16°C
  lever : 08:10     coucher : 19:10
      Vent : 3 km/h SE
Mercredi 18 Octobre 2017
Saint Luc

Richesses naturelles

Géographie de Vingrau

Merci à Hubert Fagot pour cette contribution précieuse et éclairée

Vingrau est un village au Sud des Corbières, situé au fond d’un vallon fermé au Nord par les falaises de la Serre de Vingrau, qui culmine à 576 m, et ouvert au Sud, au lointain, sur les belles montagnes des Pyrénées-Orientales, du Canigou à la Cerdagne.

Ce vallon est drainé par un ruisseau au débit irrégulier qui se jette dans le Verdouble à Tautavel, lui-même affluent du fleuve Agly. Le ruisseau de Vingrau est constitué de part et d’autre du village, par les « correcs » de la Millère et de la Figuerasse, qui eux-mêmes rassemblent les eaux des correcs de Cassenove, des Conques au Nord, du Penjat à l’Est, et de multiples fossés, qui ne coulent qu’après les pluies. Le point le plus bas est le ravin d’Attrape-Counills à 118 m, le bas du village (mairie) étant à 141 m d’altitude.

Le massif des Corbières résulte des abondants dépôts marins, qui se sont accumulés aux âges du Jurassique et du Crétacé à l’ère secondaire,  et qui ont été soulevés au début de l’ère tertiaire, lors du rapprochement de la plaque ibérique avec le continent européen, avec la formation des Alpes et des Pyrénées  puis l’effondrement du golfe du Lion (cf. http://atlas.dreal-languedoc-roussillon.fr/pyrenees-orientales/fondements12.asp ). L’érosion du calcaire a fait apparaître d’une part des falaises que nous trouvons spectaculaires aujourd’hui et qui sont propices à l’escalade tout comme à la nidification de grands rapaces, ainsi que des grottes et des avens, des ravins (« correcs ») et des plats relatifs (« planals »), entre 100 et 700 m d’altitude, tout près du littoral méditerranéen, et d’autre part des dépôts le plus souvent argilo-calcaires, parfois schisteux, sur les coteaux et dans les fonds, où la vigne a trouvé de nos jours des terroirs exceptionnels.

Le territoire

territoire_vingrau

La commune de Vingrau s’étend sur 3212 ha, soit 9 km du Nord au Sud (de 42° 53’ 54˝ à42° 49’ 08˝) et 6 km d’Ouest en Est (de 2° 45’ 15˝ à 2° 49’ 36˝). Vingrau est le plus au Nord dans les Pyrénées-Orientales, avec Opoul-Périllos et Salses-le-Château, et de ce fait voisin de l’Aude où se situent Embres-et-Castelmaure, Tuchan, et Paziols. Toutes ces limites du territoire sont en hauteur et très peu praticables, la limite avec Opoul est plus accessible dans les vignes, et celle de Tautavel l’est dans le vallon mais comporte aussi des hauteurs.

      Il est plus facile de survoler le territoire virtuellement que d’en faire le tour à pied !

En partant du point bas à 118 m, en tournant vers l’Ouest sur une carte de l’IGN, on trouvera : le Pas de la Vaque (Paziols) et le col Mija vers 200 m, la route de Tuchan à 300 m, le Pech de Genièvre (Ginebre) à 428 m, le Pilou du Col de Carrière (Carrera) à 560 m vers Embres au Nord et Périllos à l’Est … puis vers le Sud, le col du Trau del Cavall  à 430 m … vers le sud-Est, le long du ravin de même nom … vers le Sud jusqu’à la route d’Opoul à 240 m et vers le Montpeyrous à 351 m, partagé avec Opoul et Salses … ensuite la route de Rivesaltes et le ban communal de Salses-le-Château … enfin Espira-de-l’Agly près du Mont Espira à 455 m dans la zone interdite du champ de manœuvres militaires … pour retrouver Tautavel au point le plus au Sud, à 340 m, et remonter vers la Serre de la Narède jusqu’à 519 m avant de descendre brutalement  jusqu’au Verdouble …

La montagne

montagne_g__o1

La Serre de Vingrau au-delà du village, en montant vers le vieux moulin …

...puis depuis le Planal de l’Eixartell (ou Acharteil) :

montagne_g__o2

montagne_g__o3

montagne_g__o4

montagne_g__o5

Le méridien de Paris

M__ridienne_Guedj_01_mr5

La célébration de la méridienne verte en l’an 2000 a remis à l’honneur  le méridien de Paris, un peu oublié depuis que celui de Greenwich lui a été préféré comme origine des fuseaux horaires et de la cartographie. Une importante campagne de mesures géodésiques a suivi, de 1792 à 1799, la décision de l’Assemblée Constituante du 26 mars 1791 d’adopter « une unité de mesure naturelle et invariable » pour la mesure des longueurs, universelle car elle se rapporterait à la circonférence terrestre ! Le mètre a été défini comme la dix-millionième partie du quart d’un méridien terrestre, la distance entre le Pole et l’Equateur, et la mesure a été faite de Dunkerque sur la mer du Nord jusqu’à Barcelone-Montjuic sur la mer Méditerranée, sur plus de 1000 km. Deux astronomes ont été désignés par l’Académie des Sciences : Jean Baptiste Delambre (1749-1822) parti du Nord, et Pierre Méchain (1744-1804) parti du Sud pour se rejoindre à Rodez dans le Massif Central … avec tout un équipement spécialisé : deux lunettes astronomiques montées sur le fameux   ̋cercle répétiteur  ̋ (lourd à transporter à dos d’hommes !) pour viser de grandes cibles blanches construites sur des clochers ou des sommets …

C’est ainsi que le Mont d’Espira en limite de Vingrau, a servi aux triangulations et surtout à mesurer, avec Força-Réal, la 2ème base de 6000 toises (= 11 706m) de longueur, en plaine, de Vernet à Salses, où de grandes bornes marquent ces points remarquables. Sur la montagne de Tauch, la Tour des Géographes à 879 m a été construite en 1791 pour cette campagne de mesures, c’est actuellement un relais TDF dont on peut voir un panoramique sur le web : http://www.sudaltim.fr/tuchan_aude_mont-tauch_tour-des-geographes_panorama-semi-aerien-360-degres.html Le Canigou, le Pic de Bugarach, le Mont Alaric ont aussi été mis à contribution ! Des mesures des angles entre deux cibles (répétées pour augmenter la précision) et de gros calculs de trigonométrie permettaient d’obtenir les distances par la méthode des triangulations successives, à partir d’une base de longueur, mesurée par arpentage avec des toises, d’abord près de Melun, puis près de Perpignan en 1799.

Populations

population

Nombre d’habitants en 2011, valeurs données par l’INSEE pour 2011 (recensements de 2008) :

Chateaux des alentours

chateaux